L’ambroisie est une mauvaise herbe avec deux caractéristiques principales : une propagation énorme et un pollen très allergène !

INFO IMPORTANTE : Le pic d’allergie à l’ambroisie est prévu pour le 11 août 2021

Le RNSA en partenariat avec l’Observatoire des ambroisies – FREDON France donne la date du 11 août pour le premier jour où la concentration dans l’air de pollen d’ambroisie devrait être suffisante pour provoquer un risque d’allergie chez les personnes les plus sensibles.
C’est donc encore le bon moment avant la floraison pour arracher et signaler les plants d’ambroisie que vous repérez !

Consultez le communiqué

Cette plante originaire d’Amérique du nord est apparue en France en 1863. Sa présence est restée discrète jusqu’aux grands travaux d’aménagement du territoire après la seconde guerre mondiale. Depuis, elle se répand et prolifère.

On la trouve :

  • sur les grandes voies de communication : réseaux de transport routier, ferroviaire…
  • sur les terrains en friche
  • dans les zones pavillonnaires avec des lots vacants ou en construction
  • dans les chantiers de travaux publics
  • dans les espaces verts en cours d’aménagement
  • dans le milieu agricole.

La région Auvergne Rhône-Alpes, dans laquelle s’inscrit les VDD, est le territoire le plus touché en France

Au sommaire

L’ambroisie, un enjeu de santé publique

Pourquoi lutter contre l’ambroisie !

On estime que le développement de l’ambroisie sera multiplié par quatre d’ici 2050 en Europe.
Des zones relativement épargnées jusqu’ici pourraient être affectées par l’espèce invasive, notamment le nord de l’Europe et le sud de la Grande-Bretagne. Cette inquiétante perspective dans la progression de la menace est imputable à deux facteurs :

– le changement climatique, qui favorise la croissance de la végétation, responsable aux deux tiers de ce phénomène
– les modifications dans l’utilisation du sol et la particulière volatilité des pollens d’ambroisie.

Un pollen très allergisant

6 à 12 % de la population exposée est allergique à l’ambroisie. Les pollens d’ambroisie peuvent provoquer des allergies gênantes et parfois graves :

  • Rhinite : nez qui coule, éternuements et maux de tête
  • Conjonctivite : yeux rouges, larmoyants, démangeaisons
  • Trachéite : toux sèche
  • Asthme : difficultés respiratoires, essoufflement, sifflement, toux
  • Urticaire ou eczéma (plus rare) : plaques rouges, boutons, démangeaisons

Pour les personnes allergiques, vous pouvez consulter, sur site du RNSA, le bulletin pollinique journalier et les cartes de vigilance.

Accedez au site du RNSA

Des effets aussi sur l’agriculture

L’ambroisie colonise les terrains agricoles ce qui provoque de multiples problèmes :

  • perte de rendement (notamment dans tournesol, soja, maïs…)
  • Contamination des semences par les graines d’ambroisie
  • Diminution de la qualité de la récolte (présence de graines dans la récolte)
  • Prolifération dans les chaumes de céréales
  • Si un champ est trop envahi d’ambroisie, la parcelle peut être amenée à être broyée totalement, ce qui représente une perte nette pour l’agriculteur
  • Stock de graines important dans le sol → présence sur plusieurs années

Un pied d’ambroisie de taille moyenne peut libérer jusqu’à 2,5 milliards de grains de pollen en une seule journée et le vent peut les transporter sur plus de cent kilomètres

Reconnaitre la plante

Un quiz pour vous aider !

Si vos réponses sont majoritairement «oui» ! vous êtes probablement en présence d’ambroisie !

Question 1 : la Tige ?

  • La tige est-elle ronde ?
  • la tige est-elle poilue ?
  • La tige est-elle pleine (non creuse) ?

Si « oui » à une majorité de questions, passer aux questions suivantes.

Question 2 : la Feuille ?

(attention forme de feuille différente en fonction du stade de développement)

  • La couleur est-elle la même des deux côtés de la feuille ?
  • La feuille est-elle divisée en plusieurs lobes, et les lobes eux-mêmes divisés presque jusqu’à la nervure médiane ?
  • L’extrémité des lobes a-t-elle une fine pointe ?

Si « oui » à une majorité de questions, passer aux questions suivantes.

Question 3 : la Fleur ? (le cas échéant)

  • Y-a-t-il de petites fleurs vertes en forme de cloche réunies en grappes au sommet de la plante et sur les rameaux supérieurs (fleurs mâles) ?
  • Y-a-t-il d’autres petites fleurs à l’aisselle des feuilles supérieures (fleurs femelles) ?
  • Le pollen sur les fleurs mâles est-il jaune ?
Allure générale d’un plant d’ambroisie au stade végétatif
Allure générale d’un plant d’ambroisie en fleurs

Le développement de la plante

Il s’agit d’une plante annuelle de la même famille que le tournesol. Elle sort de terre entre fin avril et juin (selon les saisons) et arrive à maturité vers la mi-août. C’est à partir de ce moment qu’elle émet du pollen en très grande quantité. Cette pollinisation dure jusqu’en octobre.

Comment lutter contre l’ambroisie ?

La lutte contre l’ambroisie vise à interrompre le cycle de reproduction de la plante et à éviter la dispersion des graines dans le but de réduire progressivement le stock de graines présent dans le sol.

Les zones traitées subissent l’influence des zones voisines non traitées. Cela indique que les actions doivent être réalisées sur de vastes territoires pour entraîner un impact notable sur l’exposition de la population. Il est donc essentiel que l’ensemble des acteurs du territoire se mobilisent.

L’ambroisie n’aime pas la « concurrence végétale »Il est donc possible d’empêcher son apparition en veillant à ne pas laisser de terre dénudée du mois de mai à novembre :

  • En semant du gazon ;
  • En évitant de tondre trop ras ;
  • En évitant les désherbants totaux ;
  • En recouvrant le sol nu par un paillis d’écorce ou par une toile autour des plantations.

Signaler la présence d’ambroisie

Vous avez repéré un ou plusieurs plants d’ambroisie ?

Que faire si vous êtes propriétaire du terrain ?

  • avant la floraison (fin juillet), enfilez des gants et arrachez les plants. Vous pouvez ensuite les composter, les amener en déchèterie ou les laisser se dégrader naturellement au sol. 
  • pendant ou après la floraison (juillet-septembre), ne faites rien ! Vous risquerez d’aggraver la situation en répandant les graines… Attendez le printemps prochain, les plants renaîtront et vous pourrez les arracher avant leur floraison. 

Que faire si vous êtes sur un terrain public ?

  • s’il y a seulement quelques plants : j’arrache !
  • s’il y a en a beaucoup : je signale la zone infestée par un des moyens ci-après :

Que faire si vous êtes sur un terrain privé ?

  • Je connais le propriétaire : je le contacte !
  • Je ne connais pas le propriétaire : je signale la zone infestée par un des moyens suivants :

Comment signaler l’ambroisie ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Vous pouvez contacter votre mairie et son référent ambroisie  
  • Vous pouvez signaler sa présence grâce à la plateforme  « signalement »
  • Vous pouvez télécharger l’application mobile « signalement ambroisie »
  • Vous pouvez envoyer un mail à contact@signalement-ambroisie.fr
  • Vous pouvez téléphoner au 0 972 376 888

Votre signalement sera communiqué à la mairie concernée qui engagera les actions nécessaires à l’élimination des plants.

Contacter votre référent « ambroisie »

Retrouvez, sur la page « vos communes », rubrique « infos pratiques », les coordonnées de votre référent.

Consultez votre « page » commune

Zoom sur les actions de la communauté de communes

Sur les 36 communes, 34 ont déjà eu au moins un signalement d’ambroisie sur les 3 dernières années.

Soucieuse de lutter contre ce fléau, la Communauté de communes Les Vals du Dauphiné a mis en place un plan de gestion qui comprend :

  • la gestion des parcelles communautaires (ZA, ENS…) par les différents services concernés et rédaction d’un protocole de prévention de l’ambroisie pendant les travaux (voirie, assainissement, urbanisme…)
  • Un plan de communication pendant la saison de l’ambroisie sur différents supports (comment la reconnaitre, outils de gestion, calendrier pollinique, actions préventives…)
  • Une clause ambroisie dans les permis de construire et les marchés publics
  • La mise en place et l’animation d’un réseau de référents communaux chargés de superviser la gestion de l’ambroisie dans les communes
  • Un partenariat avec la chambre d’agriculture : communication, sensibilisation (agricole et grand public), dialogue avec agriculteurs et le grand public, aide au diagnostic et conseil de gestion en milieu agricole

+ d’infos

Vous pouvez consulter le site du Ministère des solidarités et de la santé : ambroisie.info

En savoir +